mercredi 5 juin 2019

Peindre à la lasure : expériences

Cette année les vacances et les loisirs sont plutôt bricolés, du coup j'ai fait comme tout le monde ou presque, j'ai profité de l'offre -90% sur RuneWars et j'ai pris beaucoup trop de figurines pour +-25euros.
Cependant des figurines à peindre, j'en ai déjà quelques unes.

Et justement pour les gros flemmards, Games Workshop annonçait sa nouvelle gamme; les contrasts.

Donc la promesse, c'est une peinture qui fait office de couleur d'applat et de shade et highlights en une seule application.

Mais au détours d’une conversation sur internet, des vieux de la vielle de la fig se sont vantés de ne pas être surpris par les peintures contrast "révolutionnaires" de games workshop et que ça se fabrique sans problème depuis des années. Très bien donc, quel est ce mystère?

Il faudra donc retourner 10 ans en arrière pour retrouver les techniques de la lasure. Une technique ancestrale donc qui consistait à appliquer généreusement de la lasure sur des figurines peintes à la truelle de couleurs vives. En sèchant la lasure allait à la fois s'installer dans les creux de la figurines et assombrire l'ensemble des couleurs.
Si sur le principe on est pas vraiment sur la même chose (il faut tout de même se taper une scéance d'applats) la méthode est, parait-il adaptable pour proposer un résultat similaire.

Monticule de plastique, tremble! 
Mais pourquoi le faire alors que ça s’achète?

Contrairement à ce que l’on dit, la question du prix n’est pas vraiment la raison principale (ça sera certes moins chère mais tout de suite plus d’investissement tant au niveau prix que temps) , mais la fierté de faire ses propres couleurs, et la satisfaction d’avoir tout fait sois-même elles n'ont pas de prix. 
Et puis j'avais très envie d'essayer, voilà tout.

Si cette technique est si simple pour certain, pour des gens comme moi, cela relevait de l'alchimie.
Devant les murs de lasures dans les magasin de bricolage, j'étais totalement incapable de savoir lequel de ces pots me conviendrait. Et après, le mélanger? à quoi?

Bref, après quelques jours de recherches et de questions, voici les éléments de base:

De la Lasure qui idéalement possède les qualités suivantes :
  • Aqueuse/acrylique ; lavable à l’eau, à base d’eau.
  • Transparante ; pour sois-même colorer la lasure.
  • Liquide : attention, certaines sont en gel et vous ne saurez rien en faire.
  • Matte : si brillant, il faudra passer une couche de vernis matte, qui rentre dans les creux etc. Perte de temps donc mais l'un dans l'autre une brillante pourrait être plus aventageuses financièrement parlant.
On peut prendre sinon un médium acrylique pebeo ou autre en magasin d’art, le prix est plus élevé en génral (17eu/250ml) 
Mais alors ça n'est plus "la technique de la lasure"...

Des encres acrylique
de couleurs variées (rouge jaune bleu pour une base de mélanges, du noir peu-être un plus) on compte en moyenne 5eu le pot.

De l’eau distillée qui devrait éviter des tensions dans l’application de la peinture
Il est temps de dégeler votre réfrigérateur ! En effet, les glaçons qui s’y trouvent sont de l’eau distillée sous forme de glace. Il ne vous reste plus qu’à la faire fondre !


Alors pour ma part on m'a donné un pot de 3v3 de lasure incolore matte de 2,5 LITRES. C'est juste ce qu'il faut en terme de produit, par contre la quantité est largement trop grande. on va voir ça tout de suite..


La 3v3
 à l'intérieur c'est un peu visqueux...

Transvasé dans un pot goutte à goutte


La texture fait penser à de la crème de lait. .......

Selon les avis que j'ai récupéré cela dit, la texture devrait être VRAIMENT liquide, ce qui est un peu inquiètant pour la suite de mon expérience mais bref...



En rade d'encre, j'ai simplement utilisé de l'acrylique bas de gamme comme colorant.



Pour les besoins du test j'ai pris une figurine sous couchée gris claire avec, comme précédemment, une bombe de peinture pour graphitti.

Simple jus d'acrylique à titre de comparaison
À titre de comparaison, voilà le résultat de l'application d'un jus d'acrylique (peinture dilluée très fortement avec de l'eau)
ça va bien dans les creux, mais c'est absolument pas couvrant. si je met la figurine droite sur son socle, la peinure coule tout simplement sur le socle.

à droite le jus mélangé à la lasure

En mélangeant l'acrylique dilluée utilisée pour l'exemple précédent à de la lasure, on voit sur la partie droite du drapé que l'effet semble un peu plus couvrant!
En terme de quantité j'avais le peinceau chargé à moitié de jus d'acrylique, ce que j'ai mélangé à à peu près la même chose en lasure.


De la lasure mélangée directement avec une pointe de peinture acrylique

Après nettoyage de la figurine, je recommence l'expérience avec un autre mélange. 
Ici avec une pointe d'acrylique dilluée directement dans la lasure, on obtient presque l'effet voulu! C'est saisissant!En terme de quantité ici, j'ai mélangé une pointe d'acrylique sortie du pot (consistance équivalente à de la crème) à une charge de pinceau de lasure pour liquéfier l'acrylique. 



couvrant et reste dans les creux

Et après sèchage le résultat et tout aussi probant (je dirais 10 min de sèchage)



Ce qu'il ressort de ces expériences, c'est qu'il faut trouver une consistance et une couvrance. En effet, si toutes les lasures ne sont pas exactement les mêmes (la mienne étant peu liquide), les pigments/encres/couleurs ne le seront peut-être pas non plus. Il est dès lors très difficile de trouver le mélange universel.
En chimie je suis certain qu'il y a des mots, des mesures qui pourraient permettre de calculé cela, mais malheureusement je ne possède pas les connaissance dans ce domaine.

Bon, je ne vais pas mentir, là tout de suite je suis tout de même super enthousiaste!
Mais rendez-vous au prochain épisode pour les prochain tests!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire